Montluc est un lieu-dit pour lequel les origines sont incertaines, quant à la toponymie. Marcel Villoutreix y voit le Mont Lucus, nom latin qui signifie "bois sacré" et qui a pu dériver en bois tout court, autrement dit une colline boisée. En tous cas le lieu de Montluc se situe à la limite ancienne des diocèses de Périgueux et de Limoges. "Le Périgord, par le biais de la paroisse de Jumilhac, s'avançait jusqu'à Montluc, aujourd'hui Bellevue... au coeur d'une zone contestée entre l'évêché de Limoges et celui de Périgueux, ainsi qu'en témoigne la lettre de Rorice I, évêque de Limoges, à son confrère Cronope, évêque de Périgueux, lettre située vers 500" expliquent Romain Boisseau et Louis Bournazel dans un article consacré aux "Origines de Saint-Yrieix-la-Perche (Travaux d'archéologie limousine, 1984, volume 5).

 


 

Le chemin du Périgord, qui se dédouble à la Rochette, avec une voie vers Limoges et une autre conservée par le cadastre de 1825 comme étant le "chemin du Périgord à Saint-Léonard", entre donc en Limousin à Montluc, lieu près duquel les archéologues ont recueilli "un ensemble inédit de haches polies".

 


La mention d'un château à Montluc apparait dans le journal de Pierre de Jarrige, viguier de la ville de Saint-Yrieix (1560-1574), c'est à dire une charge de magistrat qui en faisait un des principaux notables de la cité arédienne. Pierre de Jarrige est en fait propriétaire à Montluc d'un petit château où l'on voyait jadis les armes de la famille sculptées sur une tour: "d'aster au chevron d'or, accompagné en chef de deux palmes d'argent, et en pointe d'une tour de même. A partir de 1590, ces armes furent un peu modifiées : une croix sommant le chevron fut ajoutée, en souvenir de la fidélité de cette famille à la religion catholique."


Le châtelain de Montluc témoigne aussi de l'épouvantable misère qui accompagne la propagation de la peste. En 1564, l'épidémie fait déjà des ravages en plein été, au mois de juillet: "Au dict moys, la peste, ne se contentant de la ville et faux-bourgs, se mist aux champs et saisit les villages mesme de Bas-Champs, Puy-la-Chayve, les Mazeaulx, le Champy, la Brunerye, la Lardie et Biars, lieux tous bournant de Montluc, comme fus contraint de me séparer de mes freres, partie desquelz, avecques leurs familles, se retirèrent à la Roche-Sainct-Paul, en Perigort".


Au XIXème siècle, les habitants de Montluc connaissent un changement administratif majeur. Les villages de Laurière, Le Breuil, Chambareille, Puyredon, Montluc, La Salesse et la Brunerie, faisant partie du Grand-Jumilhac, sont distraits de cette commune et réunis à Saint-Yrieix.En conséquence, la limite des deux communes sera formée,à partir du Pont du Chalard jusqu'à la Croix de Theulé, par le chemin du Chalard à Saint-Yrieix.


A noter l'implantation ancienne à Montluc et Bellevue d'une des familles les plus importantes de Saint-Yrieix, avec une des branches de la famille du Garreau (En 1774, la première manufacture de porcelaine dure est édifiée par Jean-Baptiste Du Garreau De La Seynie; à noter qu'une carrière de kaolin fut exploitée au XIXème siècle à proximité de Bellevue sur une des terres appartenant à cette famille).

 

découvrez les habitants de Montluc ( recensement 1936)

Montluc 1

Montluc 2

découvrez les armes des Jarrige à Montluc