Imprimer cette page

situation

Au nord de Saint-Yrieix-la-Perche et presque en bordure de la départementale n°704, La Rochette est un lieu remarquable dans le paysage. Du point le plus élevé (422 m) on a presque une vue circulaire sur la campagne environnante. C'est ainsi qu'en regardant vers l'est, on peut apercevoir par beau temps le massif des Monédières, en Corrèze; si on observe l'horizon vers l'ouest, ce sont les Monts de Châlus, en Haute-Vienne, qui se dessinent. Un très ancien chemin de long parcours se dédoublait jadis au carrefour de La Rochette. Dés l'époque gauloise, des mines d'or y furent exploitées, on en voit encore les vestiges dans les sous-bois. Puis le lieu aurait été choisi par Aredius, fondateur de la ville de Saint-Yrieix, pour une retraite spirituelle au VI° siècle.

La Rochette fut ensuite le chef-lieu d'une paroisse, c'est-à-dire sous l'Ancien Régime, une entité administrative qui aurait pu devenir une commune à la Révolution. Mais ce ne fut pas le cas, et La Rochette fut annexée à la grande paroisse voisine de Saint-Yrieix-la-Perche. L'église et le cimetière furent peu à peu laissés à l'abandon. Depuis une vingtaine d'années, j'ai entrepris de retrouver les traces de ce village-fantôme auquel j'ai consacré un livre intitulé: "Un village arédien sur la route de Compostelle" (Fanlac, Périgueux). Une découverte assez extraordinaire m'a incité à faire partager ces recherches.

voir Découverte d'une monnaie espagnole


Natif de ce pays, j'ai voulu aussi retrouver la mémoire récente qui couvre tout le XX°siècle. C'est l'objet de ce site. Je vous invite à m' apporter votre concours. Tous les témoignages, tous les documents, toutes les photos, concernant La Rochette , ses villages (ou hameaux), ses familles, ses traditions sont les bienvenus pour construire cette mémoire.

 

Email

Précédent: A la croisée des chemins
Suivant: Cartes