Imprimer cette page

Les Juillardies

Un vieux terrier de l'église de Saint-Yrieix-la-Perche, inclus dans les Carrés d'Hozier (volume 468, folio 250 à 269) et conservé à la Bibliothèque Nationale, contient l'origine exacte du lieu-dit les Juillardies. Le nom de Geraldum de Rupeta y est mentionné à la date du 10 mai 1327 dans les papiers de la famille Chapt de la Jonchapt. Le nom de Gérald était donc associé à une terre située sur l'ancienne paroisse de la Rochette (Rupeta)- laquelle dépendait du chapitre de Saint-Yrieix. La formation latine Geraldi (génitif) a ensuite évolué vers la formation dialectale qui correspond à la langue parlée dans cette partie du Limousin depuis le X°siècle, à savoir l'occitan. Ainsi le lieu est mentionné en 1499 sous le nom Las Giraldias (Archives de la famille Tenant de la Tour). Plus tard on trouve mention de Las Gilardias, et le toponyme a été beaucoup plus tard francisé sous la forme actuelle Les Juillardies.

Le 4 avril 1499, un certain "Messire Audouin Tenant, chapelain de Montagnac et vicaire prébendé du Moûtier de Saint-Yrieix...échangea avec Mr de Sanzillon, seigneur de La Foucaudie, une rente qui lui était due sur le village de la Meneytine, contre une rente appartenant audit Sanzillon sur le village de Las Giraldias". Cet acte est mentionné dans une étude généalogique ( Généalogie Tenant en Limousin et Périgord, Limoges,1922, p 30). A noter que la famille Sanzillon, connue à Saint-Yrieix depuis le XIII° siècle, possédait le fief de Douillac avec sa maison noble ( "le château"). Cette mention d'un "village" laisse supposer qu'il existait plusieurs habitations à cette époque.

Le 11 juin 1633 un contrat de mariage fut passé entre Pardoux Mazeau, sieur de Las Girardias et demoiselle Anne Tenant. Le 10 juillet 1681, un acte passé chez Maître Thouron, notaire à Saint-Yrieix-la-Perche mentionne le décès dudit Pardoux Mazeau, toujours qualifié de sieur de las Girardias.

En juin 1756 , un arpenteur effectua le recensement de toutes les parcelles bâties et non bâties situées sur le territoire de la paroisse de La Rochette. Il consigna sur son registre en particulier une "terre à seigle appelée à "Las Juliardas" confrontant un étang ( connu sous le nom d'étang Sanzillon). Ni bâtiments ni habitations ne furent alors recensés. Le propriétaire des terres était le sieur Thouron (cette famille est recensée parmi les notables de la bourgeoisie arédienne au XVIII° siècle). Ainsi Dame Catherine Claire Thouron, veuve de Mr Gabriel Meunier Quinsac, mettait en vente "un petit domaine au labourage de quatre vaches appelé cette fois "Las Giraldias". La date de cette transaction est le 25 avril 1818. Mademoiselle Marguerite Theillet, demeurant rue des Salines à Saint-Yrieix-la-perche devenait par cet acte propriétaire de "Las Giraldias".

 

Le 5 novembre 1857, Mr Bernard Theillet, neveu de Marguerite et héritier universel de celle-ci, vendit "le domaine en son entier des Juillardies* au lieu du même nom commune de Saint-Yrieix, au labourage habituel de quatre vaches, composé de bâtiments d'habitation et d'exploitation, airages, jardins, prés, terres, châtaigneraies, taillis et autres fonds ruraux". L'acheteur est M. Jean Alexandre Bonnet, clerc d'avoué demeurant à Saint-Yrieix. L'acte mentionne la présence d'un colon ( c'est-à-dire un fermier) qui exploite le domaine.

 

Le 31 octobre 1910, Jean Alexandre Bonnet cède à son tour "un corps de bien situé aux Juillardies". L'acheteur est Mr Pierre Bélingard, fermier à Mansac, commune de Saint-Yrieix.

 

*Le notaire a "francisé" le nom du lieu qui jusqu'ici avait été mentionné sous sa forme occitane.

 

 


Error: Calling setlocale to set time format did not work because locale functionality is not implemented on your platform, the specified locale does not exist, or the category name is invalid.

Précédent: Les Farges
Suivant: La passion de la terre