Imprimer cette page

les pionniers

Les archives départementales de la Haute-Vienne conservent une lettre de l'instituteur, en fonction à La Rochette, lors des tractations concernant l'achat de la maison d'école (M. Moreau).  Son successeur, M. Martial Robert, y fut nommé  le 17 septembre 1881. Il était alors âgé de 23 ans, et avait occupé un premier poste dans les environs d'Ambazac dont il était originaire. Son épouse (née Grasdepot) fut nommée à son tour à La Rochette comme "maîtresse d'aiguille" le 1° janvier 1882. Le petit logement dont ils disposaient n'était pas mieux loti que la salle de classe. Voici la description qu'en fait Martial Robert le 11 juin 1884: " La maison d'école est très ancienne et a un besoin urgent de réparations. Sa disposition intérieure a d'ailleurs besoin d'être modifiée car la plus spacieuse des trois pièces, la cuisine, se trouve séparée des deux autres par la classe et ne peut, par conséquent, servir que de décharge. Il faut ajouter du reste que son état actuel ne permet pas de l'employer à autre chose. Il y a deux ans, un architecte est venu en prendre le plan afin d'agrandir et d'approprier la classe et par suite de grouper les pièces formant le logement de l'instituteur; mais l'affaire en est restée là, l'état des finances de la commune n'ayant pas permis, jusqu'à présent, de disposer de la somme que nécessiteraient les travaux projetés."
Bien noté par l'inspecteur primaire de l'arrondissement de Saint-Yrieix et qualifié de "bon maitre", Martial Robert obtint sa mutation pour sa commune d'origine (Ambazac) en septembre 1885. Il avait été notamment félicité par sa hiérarchie pour la tenue du musée scolaire ( thèmes: aliments, vêtements, chauffage et éclairage, métaux et construction, économie domestique, écriture et imprimerie).